Le dangereux cirque Wikileaks

Publié le par lapetiteboite.over-blog.fr

Depuis environ 3 semaines les journalistes sont en vacances. Il ne s'agit meme pas de la neige, qui a couvert nos routes mais aussi et surtout nos journaux qui ont subitement découvert qu'en hiver... il neige. Non il faut parler ici de Wikileaks. Depuis 3 semaines les journaux consacrent des pages et des pages à la publication des dépeches révélées par le site, vive le journalisme. En tout les cas Wikileaks ne laisse personne indifférent, début d'un monde plus transparent pour certain, grave violation du secret diplomatique pour d'autre, Wikileaks va sans aucun doute changer beaucoup de chose. Il faut, se mettre en porte à faux contre cette affirmation et faire le pari, que dans moins de 2 ans tout le monde aura oublié Wikileaks.


D'abord il est important de dire que le site de Mr Assange, ange de la transparence, n'a absolument rien révélé. Le sommet de l'Etat en Afghanistan est corrompu, Mme Merkel n'aime pas prendre de risques politiques, Nicolas Sarkozy balbutie à peine l'anglais: que de révélations. N'importe quel citoyen ayant ouvert un journal ces 3 dernières années était déja au courant de ce genre de chose. Bien sur me direz vous Wikileaks a révélé des choses plus profondes et plus importantes comme la faillite de l'armée egyptienne, mais cela ne constitue pas non plus une révélation, un étudiant en relations internationales n'aura rien appris de wikileaks. 


On peut penser que si Wikileaks dérange autant les gouvernants c'est qu'il à révelé des vérités peu avouables. Ce n'est pas le cas si Wikileaks dérange c'est parce qu'il a "balancé" en pature les opinions personnelles de diplomates, et de fait met la pagaille dans les relations internationales, quelle avancée majeure pour la démocratie. Le but premier de Wikileaks est de dénoncer les comportements non éthiques des gouvernements. En publiant une dépeche révélant que l'ambassadeur des Etats Unis en Afghanistan trouve Hamid Karzai trop faible, Wikileaks remplit-il se role ? Non, à moins que de penser soit non éthique lorsqu'on est diplomate. Ainsi, à cause de Wikileaks, des diplomates seront mutés car le contenu de leur pensée censée etre secrète, a été révélée. De fait si l'on généralise les pratiques de Wikileaks cela peut déboucher sur deux conséquences possibles. Soit de peur d'etre espionnés les diplomates taisent leur pensée, cela intente à la liberté d'expression, de pensée, et aux principes de bases de la diplomatie. Soit la diplomatie va se fermer encore plus. Bien evidemment c'est ce deuxième scenario qui se produira. 


http://www.numerama.com/media/attach/wikileaksscreen.jpgQuand Wikileaks publie une dépeche de l'ambassadeur des Etats unis en Libye, affirmant que Kadhafi ne peut se déplacer sans une "voluptueuse blonde", à qui Wikileaks porte préjudice à Kadhafi ou à l'ambassadeur qui n'a fait que son travail de rapport ? Le site représenté par Mr Assange veut démocratiser les pays vivant sous un régime autoritaire via la transparence, cet objectif est honorable mais rate complètement sa cible, ce n'est pas les dictateurs, controlant tout les canaux d'informations dans leur pays qu'il met à mal, mais les representants des pays occidentaux, et par la meme occasion l'équilibre des relations internationales.
Ainsi Wikileaks, site monté au nom de la transparence, va avoir pour conséquence de fermer encore plus les relations internationales. Wikileaks ce n'est pas la transparence, c'est la presse people appliquée au concert des nations, et les médias d'informations semblent sauter à pieds joints dans cette nouvelle tendance. Wikileaks provoque de la défiance entre gouvernants et gouvernés, et la manière dont Wikileaks se vend avec l'aide des journaux est l'origine de cette défiance "regardez vos gouvernements ne vous disent pas tout exigez la vérité nue avec Wikileaks". Or la transparence ne saurait se construire sur de la défiance mais au contraire de la confiance. C'est pourquoi Wikileaks site qui n'a rien révélé d'intéressant si ce n'est les pensée des diplomates qui aparemment n'ont plus le droit d'ouvrir la bouche sera vite oublié.


Brice Hortefeux a dit récemment "la transparence est une certaine forme de totalitarisme". La transparence des affaires publiques basée sur la confiance est essentielle à la démocratie, en revanche la transparence Wikileaks, suscitant la méfiance de toute part, jusqu'a surveiller meme les pensée d'autrui car c'est bien cela dont-il s'agit porte sans aucun doute des germes de totalitarisme. Car la liberté d'expression c'est aussi la liberté de tenir secret ce dont on pense et de choisir ses interlocuteurs.


Commenter cet article

Quentin 18/12/2010 13:31


Sans être aussi négatif, je suis assez d'accord pour ce qui est des télégrammes diplomatiques : rien de fondamental, rien de scandaleux, etc.
Mais avant de jeter la pierre à Wikileaks, il faut prendre un peu de recul : ce site s'est fait connaître non pas pour les télégrammes diplomatiques mais pour les rapports afghans et irakiens, ou
encore pour la publication de cette vidéo : http://www.collateralmurder.com/
Ils ont publié en Islande des révélations sur la corruption des banques, en partenariat avec le gouvernement, et d'autres matériaux sensibles (voir :
http://www.ted.com/talks/julian_assange_why_the_world_needs_wikileaks.html )

Bref, il faut juger l'action de Wikileaks de façon plus large. Ils suivent une idéologie défendable et ont désormais un pouvoir d'action non négligeable tant ils ont l'oreille des grands médias.