Sarkozy, la vraie fausse révolution pétainiste.

Publié le par lapetiteboite.over-blog.fr

http://ilikeyourstyle.net/wp-content/uploads/2008/02/sarkozy_nous_voila.jpgLe président Sarkozy a déclaré à plusieurs reprises, vouloir étendre les conditions de déchéance de la nationalité française. La société a réagi avec vigueur à cette annonce vue par beaucoup comme extrémiste et xénophobe. Cette réforme s'attaquerait en effet directement au principe républicain d'égalité devant la loi des citoyens français, sans distinction d'origine. De fait, la mesure aurait pour effet de créer une citoyenneté précaire, de seconde zone, faisant des français de souche les seuls véritables citoyens. Cette séparation entre français "de souche" et français d'origine étrangère vaut à la réforme et à son auteur la qualification de pétainistes. Mais la réforme de Nicolas Sarkozy marque t'elle une véritable révolution dans le droit français ?

 

La déchéance de la nationalité française est régie par l'article 25 du code civil, dont la dernière modification eue lieu le 17 mars 1998 sous le gouvernement Jospin. Tout d'abord, cet article fait la distinction entre français de naissance et français naturalisés, puisque seuls les individus ayant "acquis la qualité de français" sont concernés par cet article et donc par la déchéance de la nationalité. Les français n'ont donc jamais été égaux devant la loi puisque pour un même crime, un français naturalisé sera déchu de sa nationalité quand le français de naissance ne le sera pas. Ce n'est donc pas Nicolas Sarkozy qui introduit cette distinction dans le droit français, distinction que la gauche cautionne puisqu'elle ne l'a pas touchée lorsqu'elle révisa l'article 25 en 1998.

Pour quel crime un individu ayant acquis la nationalité peut-il être déchue de sa nationalité ? Si l'individu en question porte atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation, s’il se livre à des activités terroristes, si il s'est livré "au profit d'un état étranger à des actes incompatibles avec la qualité de français, et préjudiciables aux intérêts de la France" et si il a porté atteinte à l'administration publique tout en étant fonctionnaire. Porter atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation n'est pas qu'une vague notion de droit, elle est clairement définie par le Titre 1 du livre IV du code pénal. Or ce texte stipule que des atteintes à la sécurité des forces armées sont considérées comme une atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation, et donc comme des délits passibles de la déchéance de la nationalité. Nicolas Sarkozy compte étendre la déchéance de la nationalité aux meurtres de policiers ou de gendarmes. Les gendarmes faisant partis des forces armées Nicolas Sarkozy ne ferait alors que rajouter les mots forces de police à coté de forces armées dans les atteintes aux intérêts fondamentaux de la nation. On est donc loin de la révolution pétainiste dénoncée.

En appliquant la fameuse extension de la déchéance de la nationalité, Nicolas Sarkozy ne ferait qu'étendre de manière très marginale ce qui existe déjà, là encore nous sommes confrontés à de la communication. La gauche le dit et le répète, Sarkozy, c'est l'effet d'annonce, mais même, dans d'éventuels projets xénophobes ou antirépublicain Sarkozy se contente de cet effet d'annonce et cela la gauche se garde bien de le dire. Finalement la problématique avec les roms est la même : l'année dernière le gouvernement a expulsé 12000 roms sans que personne ne crie au scandale, cette année le gouvernement expulse autant de roms mais le crie haut et fort pour faire croire à une révolution. Certains gouvernements se cachent d'une xénophobie réelle, le gouvernement français affiche lui une fausse xénophobie, c'est là le paradoxe de ce gouvernement. Cependant bien qu'illusoire, l'annonce n'en reste pas néfaste pour autant, en tendant encore un peu plus la vie politique et la société française, déjà psychologiquement fatiguée.

Commenter cet article