L'actualité de la semaine du 6 au 12 septembre 2010

Publié le par lapetiteboite.over-blog.fr


France

Nicolas Sarkozy a tranché lundi, seuls les meurtriers de policiers et de gendarmes seront menacés par une déchéance de nationalité. Le président a donc désavoué son ministre de l'interieur Brice Hortefeux, qui voulait étendre la possibilité de déchéance de nationalité aux polygames et aux fraudeurs aux aides sociales. 
(Pour en savoir plus voir : « Sarkozy: la vraie fausse révolution pétainiste ».)

Mardi, la mobilisation contre le projet de réforme des retraites a réuni entre 1,1 et 3 millions de personnes. Nous avons donc assisté à une des plus grosses mobilisations de la décennie puisque même la mémorable mobilisation de 1995 contre la loi Juppé n'avait pas atteint ces chiffres. Malgré cela, le gouvernement ne cédera pas sur les principaux traits de la réforme: passage de l'âge légal de la retraite de 60 à 62 ans, report de l'âge de départ à taux plein de 65 à 67 ans, d'ici à 2018. Avec cette réforme, la France deviendra le pays d'Europe qui cotisera le plus.
http://ps-auber.typepad.fr/.a/6a00d8341cdf0d53ef013481b5db5f970c-pi
Le sénat a adopté le projet de loi Loppsi 2 (Loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure). Ce texte est un véritable foure-tout sur la sécurité et synthétise toutes les annonces faites par Nicolas Sarkozy en matière de sécurité, notamment celles faites après les faits divers. Le texte se penche sur la lutte contre la cybercriminalité, l'élargissement des fichiers de police et des écoutes téléphoniques, triple le nombre de caméras de vidéoprotection sur le territoire, la possibilité pour les préfets de décreter un couvre-feu pour les mineurs de moins de 13 ans. Le texte étend également les pouvoirs de la police municipale et de la sécurité privée, et prévoit encore bien d'autres modifications, reste à savoir si le texte sera applicable. Cependant pendant l'examen de la loi, les sénateurs ont repoussé plusieurs amendements du gouvernement.


La Commission Européenne ainsi que le Parlement Européen ont rappelé la France à l'ordre concernant sa politique à l'egard des roms. C’est le Parlement qui s’est montré le plus critique. La Commission elle, s'est contenté de demander au gouvernement de revoir la procédure d'expulsion, qui selon elle n'intégrait pas une directive de l'UE datant de 2004. Ces critiques risquent de s'intensifier après une circulaire du ministère de l'intérieur priant les préfets de cibler en priorité les roms.

Enfin une commission sur les conflits d'intérêts a vu le jour (avec 2 mois de retard). Pendant la fameuse affaire Woerth-Bettencourt, le président avait promis de constituer une commission qui aurait jusqu'au 31 décembre pour proposer des solutions afin de prévenir et de régler les futurs conflits d'intérêts, notion qui n'existe pas dans le droit francais (la plus proche étant prise illégale d'intérêts). L'opposition a refusé de participer à cette commission

Le taux de croissance du PIB français devrait être de 1,5%, c'est un peu plus que les premières estimations.


International

Barack Obama a de nouveau opté pour la relance. Il est au plus mal dans les sondages à 50 jours des élections de mi mandats où il perdra sans doute la majorité. Pour guérir une économie américaine convalescente Obama était tiraillé entre rigueur et relance. Il a finalement satisfait la gauche de son parti en injectant 50 milliards de dollars dans l'économie, alloués pour les 4/5èmevà la création d'infrastructures. Il a également annoncé plus de 100 milliards de crédit d'impôts pour les PME. Pour mémoire, le premier plan de relance américain s'élevait à 800 milliards de dollars. A noter que le Japon a lui aussi adopté un plan de relance de 10 milliards de dollars.

http://www.e-news.name/images/Barak-Obama.jpg

En Allemagne, le nucléaire fait toujours débat. Après avoir renoncé au nucléaire en 2000, les allemands ont donné un sursis de 12 ans à leurs centrales nucléaires. La prolongation de la durée de vie des centrales devraient rapporter chaque année 3 milliards d'euros au gouvernement allemand qui a promis de réinvestir ces sommes dans les énergies renouvelables. A noter que les 17 centrales nucléaires allemandes produisent 26% de l'électricité du pays. Le nucléaire reste cependant pour Mme Merkel, physicienne de formation, une technologie de transition.

Au Pakistan, les frappes de drones dans les zones Patchounes à l'ouest du pays s'intensifient alors qu’en Afghanistan le président Karzai renouvelle son appel de dialogue aux talibans. Ceux-ci s’y refusent tant que les troupes américaines n'auront pas quitté le pays.

Très violentes émeutes liées à la faim au Mozambique suite à une hausse de 30% du prix du pain liées à la hausse des cours du blé.

Malgré sa cure d'austérité, l'économie irlandaise n'en finit pas de plonger. Après l'annonce des pertes records de la première banque du pays l'Anglo-Irish Bank, l'Europe craint un scénario à la grecque. En effet, l'Irlande qui emprunte à des taux d'intérêts 4% plus élevés que la moyenne européenne, reste un des rares pays européen en récession avec un déficit public abyssal.

Après avoir annoncé qu'il brûlerait le Coran le 11 septembre le pasteur américain Terry Jones s'est rétracté sous la pression. Aux Etats Unis, le projet de mosquée à Ground Zero fait toujours polémique. La xénophobie monte dans les pays occidentaux.
(Pour en savoir plus voir : « Ce que révèle l'affaire Sarrazin. »)

Réferendum constitutionnel en turquie censé étendre la démocratie. Il appelle les turcs à répondre à 26 questions différentes par oui ou par non, ce que critique les partis de l'opposition.

Fin de la saga du juge Garzon: le juge espagnol voulant juger les criminels franquistes a été condamné pour abus de pouvoir. En effet juger les criminels franquistes serait revenu à violer la loi d'amnistie de 1977 votée pour faciliter la réconciliation et la démocratisation du pays.

http://www.gexplorer.net/notizie/wp-content/uploads/2010/09/berlusconi-fini.jpg

L'étau se resserre autour de Berlusconi. Très critiqué à sa gauche par le PD et à sa droite par la ligue du nord, il a été laché par le président de la chambre et coprésident de son parti, le néofasciste repenti Gianfranco Fini. Fini a prononcé l'acte de dissolution du parti de Berlusconi (Le Parti du Peuple de la Liberté) ; le président du conseil italien a donc une majorité plus dissolue que jamais.

Si cette revue de presse vous a plu, n'hésitez pas à en faire profiter vos amis.

Commenter cet article